Édition 2017

Programme à télécharger

Séances


C’est lancé !

La 11ème manifestation régionale Regards sur le cinéma algérien a été inaugurée le 31 janvier 2017 avec comme promis le film Le Puits de Lofti Bouchoubi projeté au cinéma le Diagonal avec un réel succès.

La deuxième manifestation a eu lieu au cinéma Utopia à Montpellier, elle aussi très suivie. La présence de Jacques Choukroun et de Pierre Daum a permis d’éclairer de façon historique et intime à la fois, le documentaire de Viviane Candas Algérie du possible. Tout un pan de l’histoire de la jeune Algérie indépendante est évoqué à travers la vie de son père Yves Mathieu un avocat du FLN.

Un autre film réalisé par une femme, sur les femmes, celui de Rayhana Obermeyer A mon âge je me cache encore pour fumer, huis clos dans un hammam, mais qui en dit long et fort sur la vie difficile des femmes dans la décennie noire. Le parcours des femmes engagées dans le FLN nous est raconté dans le très émouvant documentaire 10 949 femmes de Nassima Guessoum sur la vie de Nassima  Hablal héroïne de la révolution algérienne.

Timgad de Fabrice Benchaouche nous propulse dans le présent d’une équipe de foot locale, à travers le regard d’un archéologue attiré par les ruines romaines de Timgad. Dans ma tête un rond point de Hassen Ferhani est un autre huis clos, d’hommes dans le plus grand abattoir d’Alger.

Un retour sur un épisode peu connu de la répression de manifestions pour l’indépendance de l’Algérie avec le documentaire de Daniel Kupferstein Les balles du 14 juillet 1953. Un autre documentaire : Denis Martinez un homme en libertés, de Claude Hirsch sur l’artiste peintre algérien engagé.

Plus loin dans le passé, le film Lalla Fad’hma N’Soumer de Belkacem Hadjadj retrace le combat de l’héroïne de la résistance populaire des premiers temps de l’occupation coloniale de la Kabylie dans les années 1860.

Enfin deux fictions plus récentes: Chroniques de mon village de Karim Traida et Kindil el Bahr de Damien Ounouri complèteront ces multiples Regards sur le cinéma algérien.

La diversité des sujets abordés, la qualité cinématographique des productions du cinéma algérien actuel ne manqueront pas de nous intéresser à ce qui se passe de l’autre côté de notre commune mer méditerranée.

Cette année l’action de Regards sur le cinéma algérien s’étand à la nouvelle Région Occitanie et lui permettra de toucher un public plus vaste. D’ores et déjà des séances ont eu lieu dans de nouveaux espaces grâce à la concertation avec des associations culturelles de la région toulousaine. Nous nous en réjouissons et espérons que viendront nombreux ceux et celles qui pensent que l’ouverture à d’autres horizons, à d’autres aventures culturelles et humaines ne peut que nous enrichir mutuellement.

Un poète a dit :

« écrire : opposer le réel au boniment habituel » – Didier Henry

Et pourquoi pas venir voir les films de Regards sur le cinéma algérien ?

Colette Zannettacci


10949 Femmes –  Nassima Guessoum

Algérie – France – 2014 – Doucmentaire 75′
Avec : Nassima Hablal, Baya Taoumiya Laribi, Nelly Forget

Distribution: Films des Deux Rives
Production: G.R.E.C

Bande annonce

A Alger, Nassima Hablal, héroïne oubliée de la révolution Algérienne nous raconte son histoire de femme dans la guerre, sa lutte pour une Algérie indépendante. Charmante, enjouée et ironique elle nous emmène à la rencontre de Baya et Nelly d’autres résistantes.
Ainsi l’Histoire se reconstitue plus qu’elle ne s’écrit à la manière d’une grand-mère qui parlerait à ses petits enfants. Chaque année, la réalisatrice lui rend visite, ainsi naît une relation permettant une rare intimité.
10949 femmes parle de l’Algérie du passé, un film sur les femmes, mais c’est un récit contemporain et universel, qui met à l’épreuve cette question : qu’est ce que la liberté ? Quel est son prix ?

10949 Femmes.jpg


Denis Martinez, un homme en libertés – Claude Hirsch

(France – Documentaire – 55′)

Distribution: Films des Deux Rives

« La liberté est un rapport au monde ». Le film commence par cette citation et va lui donne corps au fur et à mesure de la découverte de l’artiste algérien Denis Martinez. Par ses peintures, son enseignement, sa participation aux luttes démocratiques depuis les années 60, même à travers la guerre civile et l’exil forcé en France en 1994, nous découvrons un artiste intègre et exigeant, cherchant sa liberté dans sa contribution à l’émancipation de son peuple.


L’Algérie du Possible – Viviane Candas

(documentaire – 88′)
Distribution: Les Films de l’Atalante
Production: Seconde Vague

Bande annonce

Impliquée depuis l’enfance dans l’indépendance de l’Algérie, l’auteure interroge les compagnons de son père Yves Mathieu, avocat du FLN puis conseiller du premier gouvernement algérien. Elle tente de comprendre son parcours : anticolonialiste de la première heure, très actif en Algérie jusqu’à sa mort en 1966 dans des circonstances troubles. A-t-il été assassiné ?

algerie-du-possible.jpg


Timgad – Fabrice Benchaouche

France – 2016 – 1h40
Distribution: Bodega Films

Bande annonce

Lorsqu’il foule le sol algérien, Jamel, archéologue français d’origine algérienne, vient pour effectuer des fouilles sur les sublimes ruines romaines du village de Timgad. Le passé s’offre à lui, et le présent lui tombe dessus lorsqu’il est propulsé entraineur de foot de l’équipe locale, «La Juventus de Timgad». Des gamins qui jonglent avec un quotidien chiche, qui n’ont ni maillot ni chaussure, mais dribblent avec talent.
Entre vestiges antiques et plaies des luttes récentes, Jamel découvre sur ce terrain les racines tortueuses et les jeunes pousses d’une Algérie qui se rêve réconciliée…et championne de foot.


Les balles du 14 juillet 1953 – Daniel Kupferstein

 Documentaire – 2012  – 1h25mn

« Le soir, je voulais aller au bal du 14 Juillet, mais je n’aurais jamais cru qu’en allant à cette manifestation je risquais de perdre la vie. » En 1953, à Paris, une manifestation populaire en l’honneur de la Révolution française, comme chaque année à l’époque, à l’appel du Parti communiste, est en train de se disperser. La police charge un cortège de participants mobilisés par le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques en Algérie (MTLD). Six Algériens et un Français sont tués, plus de quarante sont blessés par balle. Daniel Kupferstein donne la parole aux témoins et aux acteurs, policiers compris. Analyses d’historiens, étude de la presse de l’époque et des archives mettent en perspective les témoignages. Cette enquête fournit tous les éléments permettant de reconstituer l’événement, mais aussi de comprendre comment il est tombé dans l’oubli.


Lalla Fadhma N’Soumer – Belkacem Hadjadj

 2014 – 116′

Le combat de Fadhma N’Soumer, l’héroïne de la résistance populaire face à l’occupation française. Lalla Fadhma N’Soumer (1830-1863), est une personnalité algérienne de la résistance des Kabyles. La décennie 1840 touche à sa fin. Mais la Kabylie reste largement insoumise. Elle est un creuset d’agitation contre l’occupant et le refuge de rebelles du nouvel ordre colonial. La France s’active à préparer la conquête de cette région stratégique. La résistance s’organise…

C’est dans ce contexte que grandit Fadhma N’Soumer, au sein d’une famille de notables lettrés liée à une puissante confrérie religieuse. Elle révèle très vite une personnalité exceptionnelle qui ne peut pas se satisfaire du statut réservé à la femme dans la société rurale du 19ème siècle. Rejetant le mariage traditionnel, elle préfère la retraite solitaire.

Jusqu’au jour où, l’Histoire en marche, lui fait rencontrer un destin à sa mesure.

fadhma-nsoumer.jpg


Dans ma tête un rond point – Hassen Ferhani

Documentaire – 1h40min – 2016

Dans le plus grand abattoir d’Alger, des hommes vivent et travaillent à huis-clos aux rythmes lancinants de leurs tâches et de leurs rêves. L’espoir, l’amertume, l’amour, le paradis et l’enfer, le football se racontent comme des mélodies de Chaabi et de Raï qui cadencent leur vie et leur monde.

Dans ma tête un rond point : Photo


 

 

 

Kindil el Bahr – Damien Ounouri

fiction – 41′- 2016

Lors d’une sortie à la plage, Nfissa, jeune mère de famille, est lynchée à mort par un groupe d’hommes, alors qu’elle se baignait seule au large. Personne ne semble avoir été témoin de sa disparition. Peu après, sur cette même plage, tous les baigneurs meurent subitement.

kindil 1.jpg